Solutions entreprises

Vous souhaitez développer les compétences de vos équipes, les enrichir par la réalisation d’un
recrutement ou impliquer d’avantage votre organisation dans la formation professionnelle ?
Le Cnam vous accompagne : sélectionnez votre besoin et laissez-vous guider !

Recruter un alternant ou un stagiaire au Cnam, c'est offrir la possibilité, à un actif engagé dans démarche d’évolution ou de reconversion professionnelle, de développer ses compétences professionnelles pour, à terme, en faire un collaborateur efficace et dynamique dans votre entreprise.

Par ce biais, vous l'attachez aux valeurs de votre entreprise, à ses principes, tout en profitant de son regard neuf sur votre activité. C'est une opportunité positive partagée, autant par l'alternant ou le stagiaire que l'employeur.
Avec le Cnam, vous avez différentes possibilités de recruter votre futur collaborateur ou collaboratrice pour une période pouvant aller de quelques semaines à 24 mois :

1. le contrat de professionnalisation
2. le contrat d’apprentissage
3. la convention de stage
1. le contrat de professionnalisation
Le contrat de professionnalisation est un accord signé entre une entreprise et son salarié, jeune ou moins jeune, qui permet à celui-ci d'obtenir, dans le cadre d'une formation en alternance, une qualification professionnelle sous la forme d'un diplôme, d'un certificat.

Le contrat peut être conclu pour une période de 6 à 12 mois et allongé jusqu’à 24 mois dans certains cas. Une rémunération de base minimum, qui varie en fonction de l’âge et du niveau de diplôme de l’alternant, s’applique. Elle oscille entre 824,16€ brut à 1 198,77€ brut selon les profils.
En termes financiers, les avantages du contrat de professionnalisation, selon les cas, sont multiples :
› Éxonération de cotisations patronales pour les assurances sociales et les allocations familiales (si salarié concerné âgé de plus de 45 ans) ;
› Prime de 2 000€ pour les entreprises qui embauchent un demandeur d'emploi de plus de 45 ans ;
› Aide pour les entreprises de plus de 250 salariés qui emploient au moins 5% d'employés en alternance ;
› Diverses aides et exonérations pour les alternants handicapés, les personnes de plus de 26 ans, et pour certains groupements d'employeurs (GEIQ).


Si le recrutement de l’un de nos apprenants en contrat de professionnalisation vous intéresse, nous vous invitons à nous contacter
pour échanger sur vos besoins et étudier dans quelle mesure nous serions susceptibles d’y répondre.

2. le contrat d’apprentissage
Le contrat de d'apprentissage est un accord signé entre une entreprise et un jeune (entre 16 et 25 ans révolus), titulaire du statut d’apprenti, qui permet à ce dernier de bénéficier d'un salaire et de suivre une formation pratique au sein de cette même entreprise. Parallèlement, l'apprenti est tenu de suivre des enseignements théoriques. La formation est sanctionnée par un diplôme ou un titre correspondant.
<br/ > La durée du contrat d’apprentissage, lorsqu’il est conclu pour une durée limitée, ou de la période d’apprentissage, lorsque le contrat d’apprentissage est conclu dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée, peut varier de 1 à 3 ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée.

L’apprenti bénéficie d’une rémunération variant en fonction de son âge. En outre, sa rémunération progresse chaque nouvelle année d’exécution de son contrat. Le salaire minimum perçu par l’apprenti correspond à un pourcentage du SMIC, compris entre 25% et 78%.
Les avantages du contrat d'apprentissage sont également très nombreux lorsqu'il est question de finances et de fiscalité :
› Éxonération des cotisations sociales, qui, selon la taille de l'entreprise, peut être totale ou partielle ;
› Prime à l'apprentissage d'un montant de 1 000€ (minimum) annuel, pour les sociétés de moins de 11 employés ;
› Crédit d'impôt de 1 600 à 2 200€ pour l'emploi d'un apprenti jusqu'à bac+2 ;
› Aides diverses pour l'accueil d'apprentis handicapés, et déductions fiscales selon les cas.

Si le recrutement de l’un de nos apprenants en contrat d’apprentissage vous intéresse, nous vous invitons à nous contacter pour échanger sur vos besoins et étudier dans quelle mesure nous serions susceptibles d’y répondre.

3. la convention de stage
La convention de stage est une convention tripartite, signée par une entreprise, un stagiaire et un organisme de formation. Il permet la réalisation d’une mission complémentaire à celles déjà réalisées par les collaborateurs d’une entreprise et en adéquation avec la formation suivie par le stagiaire.

La durée maximale des stages est de 6 mois. À noter qu'en cas d'embauche du stagiaire dans les 3 mois qui suivent la fin du stage, la durée du stage doit être déduite de la période d'essai.

Tout stage dont la durée est supérieure à 2 mois doit obligatoirement être rémunéré. De manière générale, cette rémunération correspond à 15% du plafond horaire de la sécurité sociale. Actuellement, la rémunération minimale est de 577,50€ par mois pour un stage à temps plein de 35 heures. La gratification horaire est de 3,75€.
Cette rémunération est exonérée de cotisations et contributions patronales et salariales de sécurité sociale. Vous n’avez donc pas à vous acquitter de ces charges si vous versez à votre stagiaire la gratification minimale horaire. À contrario, si vous lui versez une somme plus importante pour la rémunération du stage, vous aurez à payer des charges mais uniquement pour la somme supérieure à la gratification minimum légale.